Accueil»Dernières Infos»Cameroun: Crise anglophone: La Commission nationale des droits de l’homme appelle au dialogue inclusif

Cameroun: Crise anglophone: La Commission nationale des droits de l’homme appelle au dialogue inclusif

2
Partages
Pinterest Google+

Le voeu a été formulé ce 29 août 2018 à l’issue de la réunion mensuelle des presidents et rapporteurs des sous-commissions de l’institution étatique en charge de promouvoir les droits de l’homme au Cameroun. Ci-dessous, le communiqué final ayant sanctionné les travaux.

Sous la présidence du Dr. Chemuta Divine BANDA, Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL), s’est tenue ce 29 août 2018, dans la salle des conférences de l’immeuble siège abritant ses services, la réunion mensuelle des Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions.

A l’ouverture des travaux, le Président de la CNDHL a rappelé le contexte dans lequel se tient cette réunion, marqué par les préparatifs de la rentrée scolaire, la prochaine élection présidentielle et le climat de tension qui perdure dans le Nord-Ouest, le Sud-Ouest et l’Extrême-Nord, avec des atteintes récurrentes aux droits à la vie, à la sécurité, à la liberté d’aller et de venir ainsi que les tortures et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Statuant tour à tour sur les divers points inscrits à l’ordre du jour, les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions de la CNDHL ont, au sujet de la crise anglophone, pris acte des efforts multiples tendant à limiter les pertes en vies humaines et les dégâts matériels causés par ces conflits et condamnent une fois de plus toute forme de violence entraînant des dégâts humains et matériels aussi bien chez les populations civiles que chez les éléments des forces de défense et de sécurité.

Les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions ont interpellent tous les acteurs sociaux à œuvrer pour un retour à la paix à travers un dialogue franc et inclusif pour résoudre cette crise qui sévit dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et souhaitent que la rentrée scolaire soit effective sur l’ensemble du territoire national le 3 septembre prochain, afin de sauvegarder le droit à l’éducation.

Au sujet des vidéos publiées récemment, mettant en scène des exactions inacceptables perpétrées par des hommes armés contre des populations civiles (femmes, enfants, personnes âgées, etc.), les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions de la CNDHL ont exprimé leur indignation et ont pris acte de la décision du Chef de l’Etat prescrivant des enquêtes devant permettre d’établir la vérité et les responsabilités sur les assassinats décriés.

Les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions de la CNDHL ont souhaité que les enquêtes ouvertes aboutissent dans les meilleurs délais, que les résultats soient rendus publics et que les auteurs de ces crimes abominables répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes.

Les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions de la CNDHL expriment leur compassion émue à l’égard des victimes de ces exactions et adressent leurs sincères condoléances aux familles endeuillées.

Les Présidents et Rapporteurs des Sous-commissions de la CNDHL en appellent une fois de plus à la retenue, à la médiation et au dialogue pour un retour à la paix sur l’ensemble du territoire national.

Fait à Yaoundé, le 30 août 2018

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Droit civil : 4 enfants de la famille de Yannick Noah privés d’héritage depuis 34 ans

Article suivant

Cameroun : Injustice : Une entreprise de BTP accuse le ministre de l’Habitat de l’avoir écarté d’une commande publique