Accueil»Dernières Infos»Guinée Equatoriale : Libération des prisonniers politiques : Le satisfecit du Redhac

Guinée Equatoriale : Libération des prisonniers politiques : Le satisfecit du Redhac

0
Partages
Pinterest Google+

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) se dit satisfaite de la décision prise récemment par le gouvernement équato-guinéen d’accorder une amnistie aux détenus politiques et appelle les autorités de Guinée Equatoriale à libérer l’espace politique. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué :  

Douala-Malabo/Guinée Equatoriale, 06 /07/ 2018 : Par décret présidentiel, le 04 juillet 2018, M. Teodoro Obiang Nguema, Président de la République de Guinée Equatoriale amnistie tous les prisonniers politiques et activistes condamnés ou interdits d’activité. Cette action intervient alors que les inquiétudes se font ressentir au sujet des restrictions des libertés fondamentales et le climat politique tendu dans le pays.

Le Président Equato-Guinéen a convoqué un dialogue national, du 16 au 21 juillet 2018 entre le gouvernement et les partis politiques légalisés, acteurs politiques de l’intérieur et de la diaspora, société civile et confessions religieuses… l’une des principales conditions à la tenue de ce dialogue était l’amnistie. L’objectif étant de : « permettre une large participation de tous les acteurs politiques » à ce dialogue, c’est en des termes clairs que le Président Teodoro Obiang Nguema, s’est exprimé : « J’accorde l’amnistie totale à tous les citoyens condamnés par les tribunaux (…) pour des délits politiques dans l’exercice de leurs activités ».

Il ressort également du texte que l’amnistie concerne toutepersonne « privée de liberté ou empêchée d’exercer son droit politique dans le pays».

Le REDHAC qui suit de très près la situation sécuritaire en République de Guinée Equatoriale, félicite le gouvernement pour ces efforts et exhorte les autres pays de la sous-région à faire de même. Le REDHAC encourage le gouvernement de la République de Guinée Equatoriale à:

1) Libérer l’espace civique et démocratique afin que les Organisation de la société civile puisse s’exprimer ;

2) Respecter et prendre les mesures adéquates pour mettre en œuvre les décisions de la
Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples;

3) Veiller à ce que la législation nationale soit consensuelle et conforme aux normes africaines et internationales;

4) Suivre l’exemple de la Côte d’Ivoire en adoptant des mesures politiques et juridiques qui garantissent des environnements de travail sûrs pour les Défenseurs Des Droits Humains;
5) Respecter l’Etats de Droits en garantissant la séparation des pouvoirs ;
6) Prendre les Législations Nationales en conformité avec les instruments régionaux et
Internationaux pour le respect de la Liberté d’Association, de Réunion, d’Expression et
d’accès à l’information et à la connexion internet ;

7) Lutter efficacement contre l’impunité en poursuivant devant les juridictions, les coupables des actes de tortures, des menaces et représailles à l’encontre des DDH ;

8) Mettre en place les mécanismes indépendants pour lutter efficacement contre la corruption et le favoritisme.

Douala, le 06 juillet 2018

Commentaires

commentaires

Article précédent

Opinion : L’ONU reconnaît toujours l’existence du Southern Cameroon

Article suivant

Cameroun : Crise anglophone : La diaspora se mobilise

Aucun Commentaire

Laisser un réponse