Accueil»Dernières Infos»Liberté de presse en Afrique : 81 organisations de la société civile demandent la libération de journalistes emprisonnés

Liberté de presse en Afrique : 81 organisations de la société civile demandent la libération de journalistes emprisonnés

0
Partages
Pinterest Google+

Parmi ces organisations se trouve le Comité de protection des journalistes, un organisme basé à New York aux USA. L’appel à la libération des journalistes emprisonnés en Afrique a été fait à travers une correspondance adressée le 6 avril dernier à 10 chefs d’Etat africains. Cette mobilisation est motivée par la lutte contre le COVID-19.

Au: President of Algeria Abdelmadjid Tebboune

President of Benin Patrice Talon

President of Burundi Pierre Nkurunziza

President of Cameroon Paul Biya

President of Chad Idriss Deby

President of Egypt Abdel Fattah el-Sisi

President of Eritrea Isaias Afwerki

Prime Minister of Ethiopia Abiy Ahmed Ali

Prime Minister of Morocco Saad-Eddine El Othmani

President of Rwanda Paul Kagame

Vos Excellences,

Nous, les 81 médias soussignés, organisations de défense de la liberté de la presse et des droits de l’homme, écrivons pour appeler vos gouvernements respectifs à libérer tous les journalistes emprisonnés au milieu de la pandémie de COVID-19.

La semaine dernière, le Comité pour la protection des journalistes a publié une lettre ouverte aux dirigeants mondiaux demandant la libération immédiate de tous les journalistes emprisonnés pour leur travail. Étant donné qu’un nombre impressionnant de ces journalistes emprisonnés sont détenus dans des prisons à travers le continent africain, nous réitérons cet appel à vos pays respectifs en cette période de graves problèmes de santé publique.

Selon la plus récente enquête annuelle du CPJ réalisée le 1er décembre 2019, il y avait au moins 73 journalistes dans les prisons en Afrique, dont 26 en Égypte, 16 en Érythrée, sept au Cameroun, quatre au Rwanda, au Burundi et au Maroc, trois au Algérie et un au Bénin, au Nigéria, au Tchad, en Tanzanie, en Éthiopie, en Somalie, aux Comores, en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud.

Au 31 mars, au moins 11 de ces journalistes avaient été libérés de prisons en Somalie, en Éthiopie, en Tanzanie, au Nigéria, en RDC, en Algérie, aux Comores, au Soudan du Sud et en Égypte, selon les recherches du CPJ. Cependant, au moins six autres journalistes et travailleurs des médias ont été emprisonnés depuis le 1er décembre et sont toujours en prison au 31 mars, dont quatre en Éthiopie et un au Cameroun et en Algérie.

L’article 16 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples stipule : «Tout individu a le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible.» Ces droits ont été étendus aux prisonniers et aux détenus lorsque la Commission africaine a adopté la résolution de 1995 sur les prisons en Afrique.

Selon l’Organisation mondiale de la santé,«les personnes privées de liberté et celles qui vivent ou travaillent dans des environnements clos à proximité immédiate sont susceptibles d’être plus vulnérables à la maladie COVID-19 que la population en général».

Pour les journalistes emprisonnés dans les pays touchés par le virus, la liberté est désormais une question de vie ou de mort. Les journalistes emprisonnés n’ont aucun contrôle sur leur environnement, ne peuvent pas choisir d’isoler et se voient souvent refuser les soins médicaux nécessaires.

Beaucoup de ces journalistes ont été maintenus en détention sans jugement pendant de longues périodes et souffrent de problèmes de santé exacerbés par des conditions de santé sous-jacentes et des prisons surpeuplées, où ils ont contracté le paludisme, la tuberculose et d’autres maladies.

Nous vous exhortons à libérer tous les journalistes emprisonnés dans vos pays respectifs et à protéger la liberté de la presse et la libre circulation des informations à ce moment crucial. Le journalisme ne doit pas entraîner la peine de mort.

Cordialement,

 

  • AccessNow
  • African Centre for Media and Information Literacy (AFRICMIL)
  • Africans Rising
  • amaBhungane Centre for Investigative Journalism
  • Article 19
  • Association des Journalistes Burundais en Exil (AJBE)
  • Association des journalistes du Burkina (AJB)
  • Association des journalistes indépendants du Bénin (AJIB)
  • Association for Human Rights in Ethiopia (AHRE)
  • Bloggers Association of Kenya (BAKE)
  • Cameroon Association of English-speaking Journalists (CAMASEJ)
  • Cameroon Community Media Network (CCMN)
  • Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest/Norbert Zongo Cell for Investigative Journalism in West Africa (CENOZO)
  • Center for Civil Liberties (Ukraine)
  • Centre for Human Rights & Democracy in Africa (CHRDA)
  • CIVICUS
  • Civil Rights Defenders
  • Coalition for Whistleblowers Protection & Press Freedom (CWPPF)
  • Committee to Protect Journalists (CPJ)
  • Community Empowerment for Progress Organization (CEPO)- South Sudan
  • Le Conseil national des patrons de presse du Togo (CONAPP)
  • Consortium of Ethiopian Human Rights Organisations (CEHRO)
  • EG Justice
  • Eswatini Editors’ Forum
  • Federation of Somali Journalists (FESOJ)
  • Free Press Initiative (FPI)
  • Gambia Press Union (GPU)
  • Groupe d’Action pour le Progrès et la Paix (GAPP-Afrique) (Canada, Bénin, Mali)
  • Guild of Professional Bloggers of Nigeria
  • Human Rights Network for Journalists-Uganda (HRNJ-U)
  • Index on Censorship
  • INK Centre for Investigative Journalism (Botswana)
  • Institute for Media and Society (IMS)
  • International Centre for Investigative Reporting (ICIR)
  • International Press Centre (IPC)
  • International Press Institute (IPI)
  • International Service for Human Rights (ISHR)
  • Internet Sans Frontieres (ISF)
  • Kenya Correspondents Association (KCA)
  • Kenya Editors’ Guild (KEG)
  • Kenya Union of Journalists (KUJ)
  • La Maison de la presse du Niger
  • Laws and Rights Awareness Initiative (LRAI)
  • Ligue des journalistes Tchadiens
  • MARUAH (Singapore)
  • Media Council of Tanzania (MCT)
  • Media Foundation for West Africa (MFWA)
  • Media Institute of Southern Africa (MISA)
  • Media Monitoring Africa (MMA)
  • MENA Rights Group
  • Namibia Media Trust (NMT)
  • Nigeria Union of Journalists (NUJ)
  • Odhikar (Bangladesh)
  • Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA)
  • One Day Seyoum
  • Organisation Patronale des Médias du Gabon (OPAM)
  • Paradigm Initiative (PIN)
  • Patronat de la presse tchadienne
  • PEN Eritrea
  • PEN Nigeria
  • Premium Times Centre for Investigative Journalism (PTCIJ)
  • Press Union of Liberia (PUL)
  • Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme de l’Afrique Centrale (REDHAC)
  • Réseau des Journalistes Burundais pour la CPI (RJB-CPI)
  • Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en Centrafrique (RJDH-RCA)
  • Reporters Sans Frontieres (RSF)
  • Right2Know (South Africa)
  • Robert F. Kennedy Human Rights
  • Sierra Leone Association of Journalists (SLAJ)
  • Somali Journalists Syndicate (SJS)
  • South African National Editors’ Forum (SANEF)
  • Syndicat National des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT)
  • Syndicat des Professionels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS)
  • Syndicat National des Professionnels de la Presse de Côte d’Ivoire (SYNAPP-CI)
  • Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC)/Cameroon Journalists’ Trade Union (CJTU)
  • The African Editors Forum (TAEF)
  • Tournons La Page (TLP)
  • Union Burundaise des Journalistes (UBJ)
  • Union of Tanzania Press Clubs (UTPC)
  • Wole Soyinka Centre for Investigative Journalism (WSCIJ)
  • Zimbabwe Union of Journalists (ZUJ)

 

African Union Chairperson President Matamela Cyril Ramaphosa

African Union Commission Chairman Moussa Faki

United Nations Secretary-General Antonio Guterres

World Health Organization Director-General Tedros Adhanom Ghebreyesus

More On:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Crise anglophone : Ce qu’Amnesty International doit savoir au sujet des groupes armés séparatistes

Article suivant

Samuel Sako Ikome : «In Ambazonia, the people and law of the land bequeath my leadership »