Accueil»Dernières Infos»Lutte contre le COVID-19/Mesures d’accompagnement : Le Cameroun, canard boîteux de l’Afrique

Lutte contre le COVID-19/Mesures d’accompagnement : Le Cameroun, canard boîteux de l’Afrique

1
Partages
Pinterest Google+

Pendant que de nombreux pays africains prennent des mesures socio-économiques pour amortir les contrecoups du confinement dû au Covid-19, au Cameroun, les décisions de Paul Biya allant dans le même sens sont encore attendues. Ce dernier n’a débloqué que 1 petit milliard de FCFA dont on ignore exactement à quoi ils sont destinés.

Comment les Camerounais feront pour gérer le confinement dû à la pandémie du Coronavirus qui secoue la planète Terre et fait des victimes y compris parmi les célébrités de ce monde ? Comment les consommateurs camerounais feront face à la hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché dûe aux activités commerciales qui tournent au ralenti ? Comment transporteurs et commerçants se verront compenser leur manque à gagner ? Des questions qui semblent ne pas préoccuper à Yaoundé. Paul Biya s’est contenté le 17 mars dernier d’édicter via son Premier Ministre, Dion Ngute, les 13 mesures à prendre pour limiter la propagation du COVID-19 et puis plus rien. Aucune mesure d’accompagnement.

Face à cette incroyable inertie au sommet de l’Etat du Cameroun, c’est l’opposant farouche à Paul Biya, Maurice Kamto qui, dans une déclaration publiée le 3 avril 2020 et intitulée «défaillance de Monsieur Paul Biya, président de fait de la République du Cameroun », a lancé une opération de collecte de fonds baptisée Survie-Cameroun-Survival. Les fonds levés seront destinés au corps médical, aux malades et à la prévention du COVID-19, a indiqué le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Maurice Kamto a par ailleurs appelé les Camerounais à ne plus payer les factures d’eau et d’énergie électrique, les transporteurs à suspendre le paiement des patentes et aux revendeuses des marchés le paiement des droits de marché.

Rappelons que le 27 mars dernier, Maurice Kamto a donné 7 jours au président Paul Biya de se prononcer sur les mesures d’accompagnement à prendre suite aux 13 du gouvernement visant à contenir le COVID-19. Le délai de 7 jours a été reconduit ce 3 avril dans la déclaration de Maurice Kamto. Paul Biya est donc poussé par son opposant à se bouger le cul pendant que ses homologues, conscients du lourd fardeau que représente le confinement, font des discours et agissent. Au Gabon, le président Ali Bongo a décidé le 3 avril 2020, dans son message à la Nation, de faire débloquer 250 milliards de FCFA pour financer les mesures d’accompagnement de la lutte contre le COVID-19. D’autres mesures telles que le versement de 4 milliards de FCFA pour payer les factures d’électricité des gabonais économiquement faibles, de 2 milliards de FCFA pour payer les factures d’eau, la suspension du paiement des loyers d’une catégorie de personnes durant la période de confinement, ont été prises.

Le Coronavirus libère un opposant au Niger

Au Niger, le président Mahamadou Issoufou, dans son message à la Nation le 27 mars dernier, a décidé de la remise gracieuse de peines en faveur de 1540 détenus pour des raisons humanitaires et pour désengorger les maisons d’arrêt. L’un des bénéficiaires de ces mesures est le chef de file de l’opposition, Hama Hamadou. L’Etat du Niger a également décidé de l’allègement des taxes, de l’appui aux groupes vulnérables, de la prise en charge des malades. En Côte d’Ivoire, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures allant  de la suspension des contrôles fiscaux pour une période de trois mois à la réduction de 25% la patente transport ; en passant par l’exonération des droits et taxes de porte sur les équipements de santé, matériels et autres intrants sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 ; de rembourser les crédits de TVA sous un délai de 2 semaines, grâce à un allègement des contrôles à priori et le renforcement des contrôles à posteriori, la poursuite malgré la crise du paiement de la dette intérieure, notamment aux entreprises des sous-secteurs sinistrés du fait de la crise, en privilégiant les factures inférieures à 100 millions pour atteindre le maximum d’entreprises, en particulier les PME et les TPE, etc.

Au Burkina Faso, le président Rock Marc Christian Kabore a décidé, dans son message à la Nation du 3 avril dernier du déblocage de 394 milliards de FCFA pour les mesures d’accompagnement de la lutte contre le COVID-19. Cette somme permettra entre autres la prise en charge de certaines factures d’eau et d’électricité et des réductions d’impôts accordées à certaines entreprises impactées par le Coronavirus ainsi que l’appui aux entreprises en difficulté estimé à 100 milliards de FCFA. Au Sénégal, le président Macky Sall a annoncé le 25 mars dernier 50 milliards d’aide alimentaire d’urgence ainsi que 1000 milliards qui vont être mobilisés pour aider les entreprises.

Pendant que l’Afrique se mobilise pour aider les populations à faire face au COVID-19, au Cameroun, Paul Biya joue au mort-vivant. Aucun message au peuple camerounais qui l’a pourtant élu à 71% le 7 octobre 2018. Le 31 mars 2020, le secrétaire général des services du Premier Ministre a annoncé que le chef de l’Etat a décidé du déblocage de la somme de 1 milliard de FCFA. Soit l’équivalent de ce que la présidence de la République dépense chaque fête de fin d’année pour les vins et liqueurs. D’après le secrétaire général, Séraphin Magloire Fouda, cette somme permettra de financer les premières actions de riposte contre le Coronavirus. Lesquelles ? Mystère et boule de gomme. Vous avez dit république bananière ?

Michel Biem Tong

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Guinée : Violences post-électorales : Amnesty International accable le régime d’Alpha Condé

Article suivant

Cameroun : Justice : 4 prisonniers politiques libérés à Bangangté