Accueil»Dernières Infos»Mali : Crime contre l’humanité : Au moins 456 civils tués par les terroristes en 2019

Mali : Crime contre l’humanité : Au moins 456 civils tués par les terroristes en 2019

0
Partages
Pinterest Google+

Le chiffre a été avancé par l’ONG internationale Human Right Watch dans un rapport qu’elle vient de rendre public. Il s’agit du résultat d’attaques visant principalement les civils et qui ont été planifiées et organisées, soutient le rapport. Les groupes d’autodéfense également épinglés.

Des groupes armés ont tué des centaines de civils dans le centre du Mali en 2019, ce qui en fait l’année la plus meurtrière pour les civils depuis l’éruption, en 2012, de la crise politique et militaire dans ce pays. L’épicentre de la violence se situe dans le centre du Mali, notamment dans la région de Mopti. Des islamistes armés et des groupes d’autodéfense à caractère ethnique ont massacré des gens dans leurs villages, les ont abattus alors que ceux-ci fuyaient et ont exécuté des hommes après les avoir séparés des autres passagers de véhicules de transport publics en raison de leur appartenance ethnique. De nombreux habitants qui n’ont pas pu échapper aux attaques armées ont été brûlés vifs chez eux, tandis que d’autres ont été tués par des explosifs.

La violence qui touche le centre du Mali s’intensifie de façon soutenue depuis 2015, lorsque des groupes islamistes en grande partie alliés des groupes islamistes militants d’Al-Qaïda ont commencé leur descente depuis le nord du pays vers le centre. Depuis lors, ils n’ont cessé d’attaquer l’armée, la police et les postes de gendarmerie, de commettre des atrocités contre les civils et d’attiser des tensions communautaires préexistantes.

Les groupes islamistes armés ont principalement recruté leurs membres parmi la population pastorale peule, en exploitant leurs récriminations sur l’État et les autres groupes ethniques. Le recrutement des Peuls a avivé les tensions au sein des communautés agraires bambara, dogon et tellem qui, face à la protection inadéquate de l’État malien, ont constitué des groupes d’autodéfense afin de protéger leurs communautés. Les Peuls ont fait de même en réponse à ces tensions.

Ce rapport décrit des dizaines d’attaques perpétrées de janvier à novembre 2019 dans le centre du Mali, vraisemblablement par des milices ethniques et des groupes islamistes armés, faisant au moins 456 morts et des centaines de blessés parmi les civils. Les attaques décrites ont eu lieu dans plus de 50 hameaux, villages et villes de la région de Mopti, situés pour la plupart près de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Les civils étaient les principales cibles des attaques, dont plusieurs semblaient avoir été soigneusement planifiées et organisées. Lire la suite ici :

https://www.hrw.org/fr/report/2020/02/10/combien-de-sang-doit-encore-couler/atrocites-commises-contre-des-civils-dans-le

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Détention arbitraire : Un prisonnier politique torturé à Mfou

Article suivant

Cameroun : Enquête : Les dessous de l’exécution sommaire de 4 jeunes gens par l’armée à Bangem (sud-ouest anglophone)