Accueil»Dernières Infos»Pourquoi l’autocratie échoue toujours / Why Autocracy Always Fails

Pourquoi l’autocratie échoue toujours / Why Autocracy Always Fails

0
Partages
Pinterest Google+

Pourquoi l’autocratie échoue toujours

Alors que Paul Biya, âgé de 85 ans et au pouvoir depuis 36 ans, célèbre sa septième «réélection», force est de constater que cette «réélection» peut être interprétée comme une preuve de la résilience de notre plantation biopolitique déguisée; et se faisant passer pour un État moderne. En effet, le CL2P ne croit pas en l’indépendance du Cameroun, mais assimile la prétendue indépendance comme un simple changement cosmétique des modes de domination. Un changement cosmétique sans changement administratif significatif, seul M. Paul Biya remplaçant le maître colonial. De ceci découle l’absence de processus démocratique dans le pays, qui a notamment conduit le CL2P à s’opposer à la tenue de cette mascarade d’élection présidentielle du 07 octobre dernier.

Le grand changement avec cette élection, cependant, est la diffusion des nouvelles technologies et des médias sociaux qui minent la forme de propagande traditionnelle entretenue par le régime en place. Plus précisément, l’émergence cruciale d’acteurs politiques et sociaux qui divisent et déstabilisent le pouvoir actuel à l’instar du Pr. Maurice Kamto ou du journaliste Michel Biem Tong correspondant du CL2P kidnappé et séquestre depuis le 23 octobre dans les cachots de Biya. Ces nouveaux acteurs politiques introduisent dans la sphère publique un débat central sur les droits existants et la nécessité de nouveaux droits.

L’émergence de ces nouveaux acteurs est source de confusion pour le régime camerounais. Par ses attaques et ses menaces contre Pr. Le kamto, c’est un régime habitué aux citoyens qui ne pensent pas par eux-mêmes, obéissent sans contestation, se soumettent et ne défient jamais l’autorité du « prophète », ne sortent jamais des sentiers battus de la résignation, et se contentent de se laisser distraire et divertir par les conneries des « créatures » de Biya.

Vraiment le mauvais côté de l’histoire!

Il devient donc évident que les «créatures» de Biya s’appuyant sur une rhétorique diabolique contre une opposition légitime, insinuant que seuls les partisans du parti-État, le RDPC, sont les seuls véritables Camerounais, se révèlent comme d’incurables irresponsables. Car la responsabilité du politicien est d’unir et de servir la population, indépendamment de ce que les critiques disent du régime. En ce moment, cependant, le climat politique camerounais continue à en souffrir. Il s’est encore enfoncé dans la toxicité, les divisions, et les menaces de violence proférées par l’ancien brigand de grand chemin devenu ministre de l’Intérieur Paul Atanga Nji contre la vraie opposition, qu’ il a de la sorte bêtement contribué à officialiser.

L’argument fondamental du Cl2P en faveur de la démocratie libérale est que les démocraties libérales n’ont aucune raison à se faire la guerre ou de l’inciter, qui plus est contre leur propre peuple. Nous pensons que cela s’applique toujours.

Il existe en effet un lien direct entre la dictature, le nationalisme, la militarisation, et finalement la guerre extérieure et l’oppression interne brutale, souvent avec un ethnocide. De plus, le pouvoir corrompt absolument et il devrait toujours y avoir des contrôles institutionnels. La démocratie, aussi imparfaite soit-elle, vise précisément à limiter le pouvoir exécutif. En outre, la liberté de parole, d’association, de réunion et de presse, la liberté de religion et de conscience, la séparation de l’Église et de l’État, l’égalité devant la loi, la démocratie représentative, le droit à un procès juste et équitable, le jury, la présomption d’innocence, la protection contre les perquisitions et saisies arbitraires, la séparation des pouvoirs, l’indépendance judiciaire, le système juridique de la Common Law, la primauté du droit, la constitution écrite limitant le pouvoir gouvernemental, la libre entreprise, les droits à la propriété privée, la liberté de contracter, etc….

Le moment est donc venu pour tous de regarder fixement dans le miroir et d’exiger que ceux qui nous représentent dans la vie publique réintègrent la civilité dans leur discours public, dans nos médias généralistes et nos réseaux sociaux. Sinon nous nous dirigeons tout droit vers une destination très sombre.

En résumé, pourquoi l’autocratie échoue-t-elle toujours? Parce que comme Charlie Chaplin le dit dans son célèbre film, Le dictateur, la dictature échoue parce que la haine des hommes passera, que les dictateurs mourront et que le pouvoir qu’ils auront pris aux gens reviendra au peuple. Et tant que les hommes mourront, la liberté ne périra jamais.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

PAUL BIYA LIBÉREZ LE JOURNALISTE MICHEL BIEM TONG

English version

Why Autocracy Always Fails

As Paul Biya, 85 years of age and 36 years in power celebrates his seventh “reelection,” one has to agree that this “reelection” can be interpreted as a proof of the resiliency of our biopolitical plantation disguised and masquerading as a modern state. Indeed, the CL2P does not believe in the independence of Cameroon but understand the so-called independence as simply a cosmetic change in modes of domination. A cosmetic change with no significant administrative change only Mr. Paul Biya replacing the colonial master. Thus, the lack of a democratic process in the country which led to CL2P to oppose this masquerade of election in the first place.

The big change with this election, however, is the spread of new media technologies and social media which undermine traditional form of propaganda. More to the point, the crucial emergence of political and social actors who split and destabilize the current power behind the like of Pr. Maurice Kamto or Michel Biem Tong of the CL2P in illegal detention in Biya’s dungeon.These new political actors bring into the public sphere central discussion about existing rights and the necessity of new rights.

The emergence of these new actors is confusing for the Cameroonian’s regime. Through its attacks and threats against Pr. Kamto, it is a regime accustomed to the citizens who do not think for themselves, obey without dispute, submit and never defy the authority of the « prophet », never think outside the ideological formatting, and content themselves with to be distracted and entertained by the bullshit of Biya’s « creatures ». Really the wrong side of the story!

Hence, it is becoming obvious that Biya’s “creatures” who are relying on demonizing rhetoric against legitimate opposition with the insinuations that only supporters of the party state, CPDM, are the only real Cameroonians are dangerously irresponsible. The responsibilities of politician is to unite and serve the people regardless of what critics say about the regime. Right now, however, the Cameroonian political climate keep taking blows. It sunk even deeper in toxicity, divisiveness, and threats of violence proffered by the interior minister against the opposition making it official.

The Cl2P’s basic argument in favor of liberal democracy was that liberal democracies don’t tend to go to war against each other. Or against their own people. We think this still applies. There’s a direct link between dictatorship, nationalism, militarization and eventually external warfare and brutal internal oppression, often with ethnocide. What is more, power absolutely corrupts and there should always be institutional checks on it. Democracy however flawed it is precisely tries to curb executive power. Plus, freedom of speech, association, assembly and of the press, freedom of religion and of conscience, separation of church and state, equality before the law, representative democracy, the right to a speedy and fair trial, juries, presumption of innocence, protection from arbitrary search and seizure, separation of powers, judicial independence, common law legal system, the rule of law, a written Constitution limiting government power, free enterprise, rights to private property, freedom to contract.

Thus, it’s time for all to take a deep breath, a hard look in the mirror, and demand that those who represent us in public life bring civility back into our public discourse, media and social media. We are headed to a very dark place if not.

In sum, why does autocracy always fails? Because, as Charlie Chaplin says in his famous film, The Dictator, dictatorship always fails because the hate of men will pass, and dictators die, and the power they took from the people will return to the people. And so long as men die, liberty will never perish.

The Committee For The Release of Political Prisoners – CL2P

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun: un missionnaire américain tué par des forces non identifiées en zones de guerre anglophone

Article suivant

Cameroon detains journalist for a week, fails to disclose charge