Accueil»Dernières Infos»Southern Cameroon : Guerre d’indépendance : Près de 80 civils non armés massacrés par des militaires en 3 mois

Southern Cameroon : Guerre d’indépendance : Près de 80 civils non armés massacrés par des militaires en 3 mois

2
Partages
Pinterest Google+

La rédaction de hurinews.com a pu recueillir le nombre de civils tués par l’armée camerounaise dans le British Southern Cameroon (annexé par la République du Cameroun voisine depuis 57 ans) et recensé 77 civils non armés massacrés par les forces de terreur du régime de Paul Biya. Soulignons qu’il s’agit d’une liste non exhaustive car pas mal de victimes n’ont pas encore été identifiées et des familles continuent de signaler les noms des leurs disparus.

Y’a-t-il meilleure preuve d’un génocide en cours dans le Southern Cameroon que cette liste de jeunes, moins jeunes, hommes, femmes, hommes et femmes âgées, prêtres, pasteurs, hommes d’affaires tués comme des animaux sauvages par une bande d’inconscients tapis dans leurs bureaux feutrés à Yaoundé ? Fort heureusement, le Conseil de sécurité des Nations Unies suit de près la situation et nous osons croire que la Cour pénale internationale sera saisie par une résolution de cet organe d’ici peu.

La semaine dernière,  du sang a encore coulé  au Southern Cameroon à cause  d’une horde de voyous en tenue militaire aux ordres d’une caste de dirigeants inutiles à la population depuis 36 ans, jouisseurs impénitents, cyniques, corrompus et sanguinaires. Le 2 août dernier, à Mbongue, dans la partie sud de ce territoire, des militaires ont brûlé l’hôpital de district et des malades qui n’ont pas pu s’enfuir ont péri dans les flammes. Ce n’est pas tout. Ces envoyés du diable ont brûlé des cases et tués des civils.

 

Le 30 juillet 2018, le corps d’Esambe Roland tué par des militaires et exhumé quelque part à Buea dans une plantation de banane non loin d’une décharge à Buea est découvert dans un état de décomposition avancée. Le 1er août dernier, Emmanuel Evakise, un jeune habitant de Quarter 1 à Mutengene est abattu par des militaires tout comme Pastor Tom l’a été à Kumba. Le 28 juillet dernier, le corps sans vie d’un homme originaire de Mile 71 Oshum est découvert non loin du Goverment High Shool of Batibo. Des témoins indiquent qu’il a été abattu par des soldats camerounais. Sans oublier les 5 jeunes tués le lendemain par ces mêmes soldats à Greet Soppo Village, dans la partie sud du territoire.

Voilà où nous conduit un Etat unitaire illégal et illégitime obtenu en mai 1972 sur fond de haute trahison envers le peuple du Southern Cameroon. Un Etat unitaire que l’on défend  à tout prix et à tous les prix pour jouir des revenus pétroliers que génèrent le sous-sol du Southern Cameroon et pour satisfaire l’appétit vorace des compagnies pétrolières françaises. Aux dernières nouvelles, une centaines de militaires tchadiens est en route pour venir en renfort à l’armée camerounaise sans doute dépassée par les événements face à des bandes armés indépendantistes qui naissent chaque jour comme des champignons. Ci-dessous, la liste non exhaustive des civils massacrés par l’armée camerounaise en l’espace de 3 mois seulement.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Côte d’Ivoire : Justice : Alassane Ouattara accorde une amnistie à l’ex-Première Dame Simone Gbagbo

Article suivant

Cameroun : Guerre d’indépendance : Les évêques condamnent l’assassinat du Père Alexander SOB

Aucun Commentaire

Laisser un réponse