Articles Taggés

Amadou Vamoulké

Les autorités françaises préconisent l’indépendance de la justice et un procès équitable pour l’ancien patron de la Cameroon radio and television (Crtv), la radio et télévision publiques, détenu depuis bientôt 4 ans à Yaoundé.

Détenu à la prison centrale de Yaoundé depuis bientôt 4 ans sans jugement, l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television (Crtv), la radio et télévision publique camerounaise, s’offusque du refus des autorités camerounaises de lui accorder une évacuation sanitaire pourtant prescrite par les médecins qui l’ont examiné. Reconnu prisonnier politique par des organismes internationaux qui ont pris fait et cause pour lui, Amadou Vamoulké se dit victime de certains membres du sérail camerounais et proches parents de Paul Biya qui se sentaient gênés par sa rigueur managériale. Ci-dessous, l’intégralité de sa tribune libre.

D’après des médecins parisiens, l’état de santé de l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television, détenu à la prison centrale de Yaoundé depuis fin juillet 2016 pour malversations financières, nécessite une évacuation sanitaire hors du Cameroun. Amadou Vamoulké doit à nouveau comparaître ce jeudi 21 novembre 2019 au Tribunal criminel spécial pour la 24e fois. Ci-dessous, le communiqué de presse du Comité international de réhabilitation et de libération d’Amadou Vamoulké :

Suite à l’incompréhension suscitée par l’appel de Reporters Sans Frontières à libérer l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television qui, d’après certains journalistes camerounais, n’était plus journaliste pratiquant, voici un extrait de la mise au point conjointe du Comité international de libération et de réhabilitation d’Amadou Vamoulké (Cirlav), de Reporters Sans Frontières, du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), parvenue à notre rédaction :

L’ancien directeur général de Radio France et président du Comité International de Libération et de Réhabilitation d’Amadou Vamoulké réagit à la suite d’un énième renvoi le 17 avril dernier par le Tribunal criminel spécial du procès de l’ancien directeur général de la Cameroon radio and Television, détenu à la prison centrale de Kondengui depuis le 29 juillet 2016.Il revient également sur les raisons de son combat pour la cause de Vamoulké, accusé de détournement de fonds publics.

Une campagne pour la libération de l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television, l’office de radio et télévision publique, vient d’être lancée par le Réseau de l’audiovisuel public de l’Afrique francophone (Rapaf). Amadou Vamoulké est détenu à la prison centrale de Yaoundé pour malversations financières depuis le 29 juillet 2016. Mais pour le Rapaf, sa détention est arbitraire et il est davantage victime de sa rigueur managériale.

L’ex-directeur général de la Cameroon radio and télévision, office de radio et télévision publiques, était ce mercredi 16 août au Tribunal criminel spécial pour la deuxième audience de son procès ouvert depuis fin juillet dernier.

L’ex-directeur général de la Cameroon radio and television (Crtv), Amadou Vamoulké, en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé depuis fin juillet dernier, a été inculpé en février 2015. Depuis lors, l’instruction dont le délai légal est pourtant de 6 mois piétine du fait des interférences politiques.