Articles Taggés

Jean Marc Bikoko

Le point focal national de la plate-forme d’ONG Dynamique Citoyenne pointe également du doigt la complicité des gouvernants locaux. Dans une interview accordée à Humanite.fr dimanche 23 octobre 2016, Jean-Marc Bikoko estime également que le bilan de la privatisation des chemins de fer du Cameroun est globalement négatif. Car, avec Bolloré Africa …

L’audience prévue ce mercredi 14 septembre n’a plus eu lieu. L’affaire n’a pas été inscrite au rôle. Les avocats des membres de l’ONG Dynamique Citoyenne dénonce une violation du droit à un procès équitable.

Le domicile du point focal national de Dynamique Citoyenne a été léché par les flammes aux premières heures de la matinée de dimanche dernier. Il a fallu la prompte intervention de la maisonnée pour maîtriser la furie du feu. Jean Marc Bikoko soupçonne une main criminelle derrière cet incendie et saisit la gendarmerie.

Depuis bientôt 8 mois que s’est ouvert le procès du point focal national de la plate-forme Dynamique citoyenne, les débats au fond ne se sont toujours pas ouvert. Les témoins de l’accusation sont toujours aux abonnés absents.

L’audience du 23 mars dernier à Yaoundé a de nouveau été reportée au 27 avril prochain pour comparution des témoins de l’accusation. L’indisponibilité de la présidente du tribunal en charge de l’affaire est également à l’origine de ce report.

Au cours d’une nouvelle audience ce mercredi 9 mars 2016 au Tribunal de première instance de Yaoundé, les juges ont constaté qu’un document manquait dans le dossier de procédure et ont reporté la cause au 23 mars prochain.

Le point focal national de Dynamique Citoyenne et ses co-accusés dont le journaliste François Fogno Foto était à nouveau devant la barre ce mercredi 23 décembre 2015 au tribunal de première instance de Yaoundé. Les témoins du parquet ont répondu aux abonnés absents. La cause a été reportée au 9 mars prochain.

L’Ong Nouveaux Droits de l’Homme au siège de laquelle s’est constitué le Collectif national pour la libération de Jean Marc Bikoko et Cie, aurait rencontré le délégué général à la sûreté nationale ce mercredi après-midi.

L’Ong française s’émeut de la situation du point focal de la Plate-forme des organisations de la société civile Dynamique Citoyenne, en garde-à-vue administrative depuis le 15 septembre dernier. Jean Marc Bikoko est accusé d’avoir organisé des manifestations sans autorisation. Le Syndicat national des journalistes du Cameroun, de son côté, en appelle à la libération de François Fogno Fotso, journaliste interpellé dans ces mêmes circonstances.