Articles Taggés

prisonniers politiques

Des Camerounais de la diaspora viennent d’identifier après investigations les auteurs et commanditaires des traitements cruels, inhumains et dégradants sur des militants du parti d’opposition Mouvement pour la renaissance du Cameroun (le parti de Maurice Kamto, en prison) et sur des sympathisants de la cause anglophone. Ces prisonniers d’opinion ont été torturés par des hommes sans foi ni loi dans certains camps de torture tels que le secrétariat d’Etat à la défense (SED) chargé de la gendarmerie nationale à Yaoundé. Voici la liste non-exhaustive de ces tortionnaires qui devront faire face aux tribunaux internationaux pour crimes contre l’humanité ainsi que les noms des centres de torture répertoriés. La Communauté internationale est donc ainsi prise à témoin : Lieux de torture

Le chef de l’État ivoirien a déclaré avoir signé ce lundi une ordonnance portant amnistie de 800 détenus poursuivis pour des crimes en lien avec la crise post-électorale de 2010-2011. Parmi eux, l’ancienne Première dame, Simone Gbagbo.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) se dit satisfaite de la décision prise récemment par le gouvernement équato-guinéen d’accorder une amnistie aux détenus politiques et appelle les autorités de Guinée Equatoriale à libérer l’espace politique. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué :

Deux ordonnances de renvois en 3 jours. Le montant présumé détourné qui évolue au fil de la procédure. L’accusé interrogé sans être confronté à ses témoins. Voyage au cœur d’une forfaiture judiciaire que le Tribunal criminel spécial est sur point de valider dans son verdict attendu ce mercredi 5 octobre 2016.

D’après le Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun (CL2P), mouvement basé en France, ces deux anciens ministres camerounais incarcéré à Yaoundé pour détournement de deniers publics remplissent les critères établis pour l’emprisonnement politique, notamment la multiplicité de procès à leur encontre.