Articles Taggés

Southern Cameroon

Dans un communiqué rendu public le 7 août dernier, la Conférence épiscopale nationale du Cameroun se prononce sur l’assassinat en juillet dernier du prêtre en service au diocèse de Buea. Mais le communiqué est muet sur l’auteur de l’assassinat. Les évêques invitent les autorités camerounaises à ouvrir une enquête sur les circonstances de la mort de l’Abbé Alexander Sob.

Parmi les victimes enregistrées au courant de la semaine écoulée, une famille d’une dizaine de personnes dont des enfants d’un et 8 ans, des étudiants et un pasteur d’une église protestante qui serait d’origine ghanéenne.

Dans un rapport qu’elle vient de rendre public, l’ONG Amnesty International accuse les forces de défense et de sécurité d’exécutions extrajudiciaires, de torture, d’incendies des cases villageoises. L’organisation pointe aussi du doigt les indépendantistes armés pour leurs nombreuses atteintes aux droits humains.

Ci-dessous, le communiqué conjoint des représentants de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) et de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour les sciences, l’éducation et la culture) au Cameroun aux groupes armés indépendantistes anglophones. Dans ce communiqué, il est demandé à ces derniers de garantir le droit à l’éducation …

Ils sont universitaires, hommes politiques, journalistes et acteurs de la société civile. Ils ont condamné la position des Etats-Unis en proclamant la souveraineté du Cameroun alors que ces derniers via leur ambassadeur au Cameroun ONT dénoncé des violations des droits humains dans le Southern Cameroon. Curieusement, quand ils ne sont pas silencieux quant au sang versé dans le Cameroun anglophone, ils encouragent ou se taisent face aux attitudes criminelles de l’armée camerounaise.

D’après un jeune de ce village qui a fait parvenir un voice message à la rédaction de www.hurinews.com disant avoir été témoin des événements, le chef de Menka aurait organisé avec des jeunes du village qui s’étaient spécialisés des jours auparavant par des actes de banditisme une rencontre avec des militaires en civil dans l’hôtel du village qui auraient décidé de les tuer. Une version qui, si elle est vraie, renforcerait la crédibilité des informations reçues par votre journal en ligne selon lesquelles des élites de la localité de Santa auraient décidé d’en finir avec ces jeunes qui n’ont pas rempli la mission pour laquelle ils ont été recrutés et payés : kidnapper des personnes et se faire passer pour des indépendantistes anglophones armés afin de discréditer ces derniers.

D’après des sources locales et confidentielles, la plupart de la trentaine de jeunes massacrés à Menka dans le Southern Cameroon (actuelle région anglophone du Cameroun) appartenaient à un groupe de jeunes montés et financé par l’actuel ministre de l’Administration territoriale et élite de la région pour kidnapper des villageois et attribuer les opérations aux combattants indépendantistes anglophones. Mais la rédaction de www.hurinews.com n’a pas réussi à contacter le concerné. Le porte-parole de l’armée parle plutôt de « terroristes » abattus à l’issue d’un affrontement armé.

Dans une résolution adoptée ce 24 mai, le Conseil de sécurité des Nations Unies invite les parties en conflit dans le monde à protéger les civils. Difficile de ne pas y voir une mise en garde à Paul Biya et son armée dans leur gestion de la crise dans le Southern Cameroon (actuelle région anglophone du pays).

Ancien territoire sous tutelle de l’ONU, le Southern Cameroon (aujourd’hui les deux régions anglophones du Cameroun) était destiné à obtenir son indépendance totale. Mais en violation des textes internationaux, des lois internes du Cameroun et pour des intérêts purement géopolitiques, les populations de cet autre Cameroun ont été privées de leur droit à l’autodétermination par l’ONU et les régimes Ahidjo et Biya, en complicité avec la France. Il est question, pour que la paix revienne au Southern Cameroon, que la résolution 1608 du 21 avril 1961 qui octroie l’indépendance à ce territoire soit enfin appliquée. Mais Yaoundé l’entendra-t-il de cette oreille ?

D’après un message audio qui circule dans les milieux indépendantistes anglophones, l’armée de l’air et des unités parachutistes sont sur le point de se déployer dans 3 localités du Southern Cameroon en vue de neutraliser les bandes armées indépendantistes. Il y a à craindre que l’usage en préparation des moyens aériens ne fasse plus de morts parmi des populations civiles.