Accueil»Afrique»Tchad : Détention arbitraire : Un défenseur des droits humains attendu à la barre le 11 décembre prochain

Tchad : Détention arbitraire : Un défenseur des droits humains attendu à la barre le 11 décembre prochain

0
Partages
Pinterest Google+

Le coordonnateur du Mouvement Citoyen Le Temps, Alain Kemba Dida a été arrêté le 27 novembre dernier par la police au siège d’une radio privée à N’djamena. Les autorités accusent le défenseur des droits humains d’avoir organisé une manifestation interdite.   

Le Forum Citoyen n’aura finalement plus lieu. Son initiateur, Alain Kemba Didah, est détenu à la prison centrale d’Amsinéné à N’djamena, capitale de la République du Tchad. Coordonnateur du Mouvement Citoyen Le Temps, Alain Kebah Didah a été arrêté par la police le 27 novembre dernier dans les locaux de Radio FM-Liberté, une station de radio privée de la place.

A cette même date, le Mouvement Citoyen Le Temps et pas mal d’autres organisations de la société civile entendaient organiser une conférence de presse pour dénoncer l’interdiction la veille par les autorités de la tenue du Forum Citoyen. Il s’agit d’une plate-forme de débats ouverte à tous les Tchadiens désireux de dire un mot sur la gestion des affaires publiques.

Accusé de « rébellion » et de « troubles à l’ordre public », le procès d’Alain Kebah Didah s’ouvre le 11 décembre prochain. D’après les organismes internationaux de défense des droits humains, les motivations de ces poursuites judiciaires contre le défenseur des droits humains sont d’ordre purement politique : « Front Line Defenders est très préoccupée par la détention de Alain Kemba Didah et par les accusations portées contre lui, car Front Line Defenders estime qu’elles sont directement liées à son travail pacifique et légitime en faveur des droits humains », écrit l’organisme mondial de suivi des défenseurs des droits humains, dans son communiqué rendu public sur son site internet ce 30 novembre 2020.

Alain Kemba Didah

Ce n’est pas la première fois qu’Alain Kemba Didah est victime d’arrestation arbitraire. En février 2018, alors porte-parole du mouvement citoyen Iyina, Alain Kemba Didah a été interpellé par les services de sécurité et conduit dans un commissariat où il sera victime de traitements cruels, inhumains et dégradants.

Pays d’Afrique centrale, le Tchad est dirigé par Idris Deby Itno, arrivé au pouvoir il y a 30 ans par un coup d’Etat militaire. Elevé au grade de maréchal en août dernier, Idris Deby règne sans partage sur le Tchad et une telle autocratie n’est pas propice aux activités des défenseurs des droits humains. Le 24 janvier dernier, le président de l’Organisation tchadienne des Droits de l’Homme, Baradine Berdei Targuio, a été enlevé par des hommes cagoulés et conduits à l’Agence nationale de sécurité. Jusqu’à ce jour, le défenseur des droits humains reste en détention.

Michel Biem Tong

Article précédent

Cameroun : Massacre de Ngarbuh : Des lampistes bientôt à la barre, les commanditaires intouchables

Article suivant

Togo : Accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat : Un opposant victime d’enlèvement